Admirable Tea - téléchargez le lecteur flash
Se rappeler : traverser les millénaires et les continents pour se retrouver autour d'un bol de thé...
L'un des enfants parrainés grâce aux commandes de thé passées sur admirable-tea-boutique.com
Un des enfants parrainés,
grâce à vos commandes,
par Admirable Tea
Pour en savoir plus...

audité par :
Chap.

a. A travers notre humanité

1. Rencontres et conviviali-thé :
Revue de presse Jean Montseren

 
 
 
Thé solidaire et équitable
Sous toutes ses formes
le thé nous invite
à la rencontre...
 
 
 

Au travers les millénaires et les continents, avec 1001 cérémonies et rites ou sans aucune formalité, le thé en se plaçant au centre des rencontres, du partage et de la convivialité a su réunir autour lui des hommes et des femmes de toutes origines, de toutes cultures.

"Ichigo ichie" (une rencontre, une fois) dit un proverbe issu la cérémonie japonaise du thé.

Notre passion au service du thé et de ses amoureux a également trouvé échos parmi différents médias !
Voici un extrait de notre revue de presse :

APEAL, Bulletin Européen des Aciers pour Emballage : ... Cette eau (...) a reçu la caution de Jean Montseren, célèbre Maître de Thés (...) ... (extrait)

BFM :"Voix Off" d'Anita Rudman

BFM :"Tendances" de Karen Chouchana

DS Magazine : ... Les Français seraient-ils en retard d'une guerre dès qu'il s'agit de thé? Bel euphémisme. Avec une ridicule consommation annuelle de 200 g par habitant (contre plus de 3 kg pour les Irlandais), ce doux breuvage n'appartient pas à notre culture. Jean Montseren, tea-taster, parle même "d'exception française". Pour une large partie de la population, le thé véhicule l'image d'une boisson snob, destinée à une population âgée et féminine, voire même celle d'une simple eau chaude destinée à cette peuplade étrange et insulaire : les Britanniques.
Pire encore, le thé souffre du "syndrome du poisson carré". "Combien de gens croient-ils toujours que le sachet de thé à la bergamote pousse directement dans le théier, façon sapin de Noël?", constate mi-amusé mi-catastrophé, François-Xavier Delmas. Le patron des boutiques Palais des Thés a cependant, une petite idée sur la question : "Si peu de gens en boivent, c'est qu'on ne leur a pas proposé tels qu'ils le souhaitaient. On s'appesantit toujours sur le temps d'infusion, sur la qualité de la théière ou sur le moment où l'on doit ajouter du lait. Mais, en réalité, on s'en fout ! Le problème n'est pas là. Il faut appréhender le thé simplement : d'une manière sensuelle et gourmande. Et c'est au consommateur de choisir son thé et la manière de le boire."
Se décomplexer. C'est aussi le maître mot de Jean Montseren qui, lui, va dans les casernes, dans les usines ou dans les prisons expliquer aux troufions et aux taulards que l'on n'est pas obligé de lever le petit doigt quand on le boit, que les sumos costauds ne buvaient que ça et que les samouraïs ne partaient jamais au combat sans avaler leur bol de thé. Il dit : "Pour que cela fonctionne, il faut associer le thé à une image sociale. Je m'intègre et j'institue un dialogue." Quel boulot !
Chez Eléphant, Tetley, Tchaé ou Lipton, la démarche est beaucoup plus simple. Les marketeurs ont bien compris que le thé était une boisson à la mode. Alors ils se sont engouffrés dans la brèche, et à défaut d'investir les prisons, ils ont envahi les linéaires. Via les thés verts - très prisés pour leurs bienfaits - et les thés parfumés qui attirent les jeunes consommateurs - garçons ou filles - en quête, selon Marie Bernard, chef de groupe pour les marques Lipton et Eléphant, de goût, d'émotion et de couleur.
(.) Car même s'ils sont rejetés en bloc les thés à l'ananas et à la noix de coco qui ont dû être retirés des linéaires, c'est évidemment vers les thés parfumés que se dirigent les nouveaux consommateurs, qui d'ailleurs recherchent d'avantage le parfum que le thé ! Une voie empruntée depuis longtemps par François-Xavier Delmas, au grand dam des initiés, car ces breuvages parfumés sont au thé ce que les blends sont au whisky : d'une qualité moyenne. " Je n'ai pas pour autant l'impression de me prostituer car ce n'est qu'une étape ; très vite les amateurs iront naturellement vers des thés verts, des thés noirs, des thés semi-fermentés. Cet itinéraire peut prendre du temps, mais au moins, les gens s'arrêtent là où ils veulent ". ... (extrait)

Echos (Les) : ... Le bon goût du thé Aucune boisson n"est peut-être aussi sensible au bon ou mauvais goût que le thé. Pour Jean Montseren, goûteur de thé pour les plus grands producteurs et acheteurs du monde, le thé est d'abord et avant tout une histoire de gestes, d'authenticité et de capacité à vivre l'instant présent : "En Asie, dans les ays arabes et anglo-saxons, le thé, boisson quotidienne, est bien loin de l'image snob et féminine qu'en ont les Français. En faire autre chose qu'une boisson de terroir et de la convivialité, c'est ne rien comprendre à ce qu'il sous-tend. Arriver en retard à une cérémonie du thé au Japon ou refuser le verre que l'on vous tend en Afrique du Nord constituent des actes déplacés, une complexification de l'instant, un refus de vivre le présent dans sa simplicité brute et dans sa vérité naturelle."
Pour partager le secret du goût du thé, il suffit d'être soi-même et d'accepter le mouvement de partage ... (extrait)

Escales (chaine télévisée) :"Au Bon Plaisir" de Jean-Sébastien Petitdemange

Express (L') : ... Jean Montseren, dégustateur professionnel, apprécie et affine ses mélanges. Il est aussi l'auteur d'un site sur Internet (Admirable-Tea.com) ... (extrait)

Fil Alim (Magazine des Filières Alimentaires) : ... Le site internet www.admirable-tea.com, invite à découvrir le thé dans toute sa diversité et sous tous ses aspects. Jean Montseren, spécialiste du thé et de la dégustation, l'initiateur de ce site, délivre nombre d'informations sur la boisson qu'il nomme "de terroir et non de salon".
(...) Via le site, un panorama de la culture du thé porte sur les plantations et les récoltes mondiales remises à jour au fil de l'actualité, les principales espèces de théier, les condtions nécessaires à la culture (climat, sol ...), les insectes et les maladies, la cueillette.
(...) Côté consommation, le site détaille l'art de la préparation en fonction des thés, leurs saveurs, la dégustation, le choix et l'histoire du thé selon l'approche quasi-spirituelle de Jean Montseren. Cet apôtre du thé propose également une sélection d'une centaine de thés d'après des critères précis de goût ansi qu'un service de commande ... (extrait)

France Culture : "Le Cabinet des Curiosité"

Génération Tao : Taorama, 19 échos du Tao d'aujourd'hui
Nous avons lancé ce questionnaire dans la vallée du Tao, et 19 échos nous sont revenus ... 19 personnalités, unies dans la diversité par leurs affinités avec le Tao, qu'elles soient liées à leurs activités, leur profession, leur érudition, leur choix de vie, se sont ainsi prêtées au jeu.
Il leur a été laissé une entière liberté concernant leur champ d'inspiration, en leur suggérant même de puiser en dehors des "sentiers battus". Voilà donc le florilège de leurs réponses d'un jour, des plus classiques aux plus étonnantes, des plus concises aux plus volubiles. Voici rassemblé le Tao tel qu'il s'exprime aujourd'hui.
Imprégnez-vous des réponses de chacun, méditez-les, et laissez mûrir ... peut-être votre perception intime du Tao s'en trouvera-t-elle bouleversée. (...)
Jean Montseren, tea-taster et auteur
- Si vous deviez vous retirer dans les montagnes, quel livre inspiré par le Tao emporteriez-vous ?
"Les Matinaux" par René Char (éd. Gallimard, coll. blanche, 1950).
- Pouvez-vous nous donner les raisons de votre choix ?
Que ceux qui ont des oreilles entendent...
- Le livre
"les matinaux, sortes de vagabonds vivant au rythme des jours et des saisons, qui ont "mission d'éveiller", de redonner chance, au sortir de la réclusion, aux mille ruisseaux de la vie diurne. " ... disait l'ami Char. Une oeuvre haute et fraternelle !
- Trois autres livres cités par Jean Montseren
" Un ivrogne dans la brousse " d'Amos Tutuola ... la soif du cheminant ! (éd. Gallimard roman)
" Prométhée enchaîné" d'Eschyle ... discipline et partage !
" La vie très horrificque du Grand Gargantua " jadis composée par M. Alcofribas, Abstracteur de Quinte Essence ... par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l'os et sugcer la substantificque mouelle du mat !
- Le Tao en une phrase
(Jean Montseren jette spontanément trois traits de crayon sur un bout de papier : rameau ? dune ?)
- Le Tao en une création humaine (pratique, oeuvre d'art, etc.)
Un bol de thé.
- Le Tao en un personnage (réel ou mythique).
José Pardon... (extrait)

Isa : On se met au bon thé : ... avec les brillantes explications de Jean Montseren, l'un des meilleurs expert-dégustateurs français. (extrait)

I-télévision (chaine télévisée) :"I société" de Noël Couedel

Jonas : ... "Une liqueur mousseuse, d'attaque plaisante, avec des rappels sucrés. En final, une amertume claire, une grande longueur aromatique avec des notes de marée associées à un rappel d'épinard. Tous simplement envoûtant !" Jean Montseren repose sa tasse de gyokuro, un grand cru de thé vert japonais.
Son métier : dégustateur de thé. "Dans les pays asiatiques, être tea-taster n'a rien d'exceptionnel. Ici, c'est exotique. C'est dire comme le thé reste méconnu en France." Cet ancien avocat exerce son art pour les plus grands producteurs et acheteurs du monde. Au moment des récoltes, il goûte entre 800 et 1000 tasses par jour. Des jardins de Darjeeling aux factories du Japon, des plantations de Ceylan aux champs les plus reculés de Chine, inlassablement, il taste toujours en quête des meilleurs crus.
"Dans le thé comme dans le vin, il existe des crus. Au lieu de parler de châteaux, nous parlons de jardins. Il y a aussi des appellations d'origine contrôlée. D'un jardin à un autre, le thé n'a pas le même goût. Il y a aussi des millésimes, des cépages. Des races de théiers différentes ..."
Pour débuter une initiation, Jean Montseren propose le yunnan, un thé noir non fumé de Chine. "Il est généreux, dense, très riche en saveurs, en parfums. Il sait se faire humble et s'adapte au palais.", explique-t-il. "Le yunnan impérial, fleuri et doux, convient parfaitement aux petits déjeuners. Pour la journée, on préfèrera le yunnan d'or au parfum caramélisé rappelant à la fois les noisettes et les épices, ou encore le roi du yunnan au goût onctueux, fin et fleuri." ... (extrait)

Marketing Magazine : ... Le thé en quête de qualité : Parcours initiatique avec le maître de thé, Jean Montseren. (...) En France, pays de bouche et de dégustateurs, on méconnaît le thé et ses différents "jardins", comparables aux châteaux du Bordelais. "Dans l'Hexagone, le thé est considéré comme une boisson féminine, snob et plutôt vieille" s'étonne Jean Montseren, l'un des rares "tea-tasters" que compte la planète.
(...) "Le thé est un produit éminemment asiatique. On le goûte selon une méthode ancestrale mais aussi avec sa propre culture. Avec Rabelais sous le bras droit pour le verbe et l'expressivité. Et Montaigne sous le bras gauche pour la recherche introspective."
(...) "La vrai nouveauté serait de faire du qualitatif grand public." (extrait)

Meilleur (Le) : ... Profession : dégustateur de thé. Jean Montseren exerce un bien curieux métier : dégustateur de thé (ou "tea-taster"). A l'occasion d'une dégustation de thés de printemps issus des meilleures récoltes asiatiques (Chine, Japon, Inde et Sri Lanka), il nous a ouverts à "la voie du thé", à son art et ses techniques.
Pour goûter et apprécier les thés, Jean Montseren dégustateur de thé professionnel, nous a appris quelques règles élémentaires : un tablier blanc pour le tea-taster, une pièce blanche et lumineuse face à une baie vitrée, orientée vers le nord (afin que la couleur du thé ne soit pas modifiée par le soleil). Quant aux accessoires, là encore, la simplicité est de rigueur (...)
(...) C'est à ce moment là que le dégustateur, à l'aide d'une cuillère, porte à ses lèvres une toute petite quantité de liquide qu'il recrache ensuite. Comme aime à le répéter Jean Montseren : "Une goutte de la mer a le même goût que toute la mer" ! Au moment des récoltes, il goûte, chaque jour, entre 800 et 1000 thés ! (...)
Les compétences du dégustateur sont nombreuses : il doit utiliser plusieurs sens. La vue bien sûr, quand il examine l'éclat et la luminosité des feuilles ou de la liqueur, mais plus encore le goût et l'odorat, lors du passage en bouche, par exemple, qui doit être rapide et bruyant. (...) Le sens olfactif est peut-être le plus développé par le dégustateur ou, pour citer Jean Montseren, "le sommet de la montagne dont la base est le goût". (...)
C'est en examinant le thé, l'infusion puis la liqueur, que saveurs, éclat, parfums, notes ou épaisseur de la boisson se révèlent à "celui qui pratique le thé". Le dégustateur n'oublie pas, bien sûr, de prendre en considération le type de théier planté, la nature du sol, le lieu de la récolte, l'altitude et les conditions climatiques. Le tea-taster, dans le silence, l'humilité et la discrétion, sélectionne ainsi les meilleurs thés au monde. (...)
Pour Jean Montseren le thé est avant tout un art de vivre, un acte de noblesse et d'hospitalité. Il est en effet une invitation à s'ouvrir à l'autre, à laisser de côté le superflu. (...)
Au cours de la dégustation, Jean Montseren nous a invités à découvrir (et à exprimer, ce qui fut parfois plus difficile !) les différentes familles d'arômes : série végétale (herbe, sous-bois, foin, champignon ...), série boisée (bois sec, sapin, eucalyptus ...), série florale (violette, tilleul, rose, jasmin ...), série fruitée (fruits secs, fruits frais, agrumes ...), série de plantes aromatiques et épices (réglisse, muscade, poivre ...), série empyreumatique (cacao, fumé, tabac ...), série confiserie (miel, chocolat, caramel ...), etc. Force a été de constater que le thé est riche de mille saveurs ... (extraits)

Nouvelles Clés : L'homme-thé : rencontre avec un maître de thé.
... Est-il possible (...) lorsqu'on est doté de solides racines languedociennes, d'être maître de thé ? Oui, si l'on en croit le parcours de Jean Montseren, fils des Corbières et Carcassonne, qui affirme "venir porter le thé" en Europe et qui publie l'un des plus jolis livres (le Livre du thé) jamais parus sur le sujet ...
(...) De ses maîtres, il ne dit pratiquement rien. La "voie du thé" préserve ses mystères.
(...) On peut donc être contemporain et actif, immergé dans la société occidentale et perpétuer des gestes ancestraux pour inscrire du sens, même avec une humble théière de terre cuite, là où il n'y en a plus guère.
(...) Il faut voir Jean Montseren débarquer au rendez-vous, prêt à vous faire "goûter du thé" ce qui, dans sa bouche, est un acte essentiel d'offrande et de convivialité. Avec son petit béret noir, sa veste beige kaki et ses lunettes cerclées d'or (...) dans sa valise de cuir tanné, quelques tasses de porcelaine blanche, une bouilloire, une cueillère d'argent - son attitrée - et quelques grammes des meilleurs crus. En préparant, il parle.
(...) Montseren devient aussi oreille grande ouverte pour recueillir les impressions de ses convives. Il aime les "dits de cheminement" qui accompagnent la dégustation : mettre des mots riches et évocateurs sur ses sensations est un aspect fondamental de l'initiation.
(...) Rattachant son amour actuel du thé à quelques souvenirs d'enfance, Montseren prend des chemins inattendus. "Je me rappelle surtout des longues promenades dans les Corbières avec mon grand-père. Il n'avait pas peur de marcher sous la pluie, en plein orage. On prenait le temps de regarder la nature, on se parlait peu, mais les mots échangés étaient importants. C'étaient des vrais moments d'ouverture au monde et à soi..." Pour Jean Montseren, le temps consacré au thé est exactement du même ordre : un temps de connaissance de soi et de partage sacré. Une véritable voie spirituelle, à mi-chemin entre Krishanmurti et Rabelais. Le premier, pour l'attention et le discernement. Le deuxième, pour la verve occitane et la connaissance par les sens. N'affirme-t-il pas : "Se libérer dépend de ce que l'on fait des sens, de la façon dont on les vit" ?
(...) A l'âge de quinze ans, alors qu'il était sur une île grecque, il a senti l'appel du thé dans la beauté rougeoyante d'un coucher de soleil. Ce fut pour lui une forme d'éveil. "Je savais que quelque chose en moi ne serait plus jamais pareil".
(...) Lui-même s'oblige à une véritable exigence, donne l'exemple de la conscience ; alors on est obligé de respecter sa passion.
(...) Passionné, fou de thé au point d'improviser des cérémonies un peu imparfaites sur des plages, des voies ferrées désaffectées, des parkings ... Passionné au point de mettre du rite là où il n'y en a plus. il faut lire l'épisode de la caserne, quand Jean Montseren, jeune appelé, se retrouvait certains soirs à faire du thé à quarante de ses compagnons d'armée.
(...) Aujourd'hui, Jean Montseren est toujours plus dans le monde. il donne des conférences. il anime des formations sur le thé : dans des écoles hotellières, auprès de "nez" ou "d'oenologues" curieux de s'initier à d'autres saveurs, et même dans des prisons, auprès des détenus "car la voie du thé est une recherche de notre humanité".
(...) Formidable technicien industriel, il est tea-taster sur les grands marchés de Hambourg ou d'Amsterdam.
(...) Jean Montseren est donc de plus en plus demandé. Parions aussi que la sensibilité de ses textes - qui s'inscrit dans une famille d'écrivains où l'on retrouve les troubadours, le chanteur Jean-Louis Murat (celui de l'album Cheyenne Autumn) ou Fernando Pessoa - saura lui attirer de nombreux lecteurs.D'aileurs il a su mettre en mots ce que beaucoup d'amateurs de thé perçoivent sans toujours savoir le dire. (extraits)

Nouvel Observateur (Le) : Télé Obs : Le monde change : rencontre avec un maître de thé. RFI à l'heure du thé.
Après avoir entendu un maître de thé, on ne peut plus regarder son darjeeling de la même façon.
"Le monde change". Joli titre pour ce rendez-vous quotidien de RFI, où défilent des chercheurs qui laissent infuser à l'entrée du studio leur science pour décrire en langage universel l'avnacée des connaissances. Aujourd'hui, l'invité est maître de thé : Jean Montseren.
Frappé d'une passion étrange depuis l'âge de 15 ans, un jour qu'il regardait le soleil couchant sur une île grecque, Jean Montseren reçut la révélation : un besoin furieux de goûter du thé. Et pourquoi pas goûteur de thé ? L'homme en fait profession. Après s'être essayé, en pur ennui, au métier d'avocat, Jean Montseren a reçu un mystérieux enseignement, vieux de treize siècles, pour devenir maître de thé.
En ce moment le goûteur évalue la récolte du printemps pour conseiller de grandes marques : plus de mille variétés par jour à estimer, en provenance de Ceylan, d'Inde et de Chine, l'espoir étant de "découvrir la petit récolte magique, les dix kilos d'un jardin extraordinaire". Mais au fait, ça boit quoi, le matin un maître de thé ? Pas un vulgaire darjeeling en sachet tout de même ? "C'est comme un habit, répond-il. On en change selon qu'on est heureux, malheureux, amoureux, qu'on a envie d'être chic ou décontracté..."
Chez lui, dans la cuisine, pas moins de 400 thés pour habiller l'humeur du jour.

Première Radio Suisse Romande : "Mordicus" de Madeleine Caboche

Radio Bleu :"Suivez le guide" de Hubert Thébault

RFI :"La Danse des Mots"

RFI :"Le Monde Change" de Patrick Chompré

RTL : "Bon Week-End"

RTL :"La Chronique de Jean-Sebastien Petitdemange"

Tiscali Net France : ... Site du grand spécialiste du thé, le tea-taster Jean Montseren sorte de "Jacques Vabre" du divin breuvage. Tout l'univers du thé pour se passionner et une boutique en ligne intitulée poétiquement "Communauté du festin impromptu" ... (extrait)

Wall Street Journal (The) : ... Sipping tea regains chic in France, the young and urban are again infused with enthusiasm for a beverage once seen as stodgy.
The cafe tables in Paris are turning to tea. About a decade ago, tea had a steep image problem in France. "It was for old people, for women and for snobs" says Jean Montseren a professional tea taster trained in Asia. But now, he says, "bobos have reclaimed tea as their drink of choice." For the young, urbane and chic - those "bourgeois bohemians" on both sides of the Atlantic - tea is popular as a natural and healthy alternative to coffe, and jives with their interest in all things "Zen".... (extrait)

25-35 ans.com : ... Grand spécialiste du thé, le tea-taster Jean Montseren sorte de "Jacques Vabre" du divin breuvage, propose un site très complet où vous pourrez choisir un thé selon votre budget, vos goûts, votre niveau de connaissance ou le moment de dégustation. Vous pourrez également vous constituer une cave de quatre à sept thés, histoire de dire aux copines : "c'est tellement facile avec Internet de répondre aux critères des ménagères de moins de 50 ans !". Mais n'allez pas croire qu'il y a de la place pour la légèreté. L'intro du site se charge de cadrer directement le consommateur "le thé n'est pas une marchandise, mais une culture" dixit Jean. Bref, vous l'aurez compris, un site sérieux ... (extrait)

Sans oublier : les articles parus dans Le Journal de Montréal, La Vie, l'Est Magazine, la Terre, Toutes les Mag, la Revue des Comptoirs, Flair, Femme, Sélection "Le Meilleur" MSN, Agriculture Horizon, Yahoo Magazine, Stratégies Newsletter, CB News Communication, Libération Champagne Dimanche, Est Eclair Dimanche, Voici, Cyclo Passion, Marie-France, Monsieur, A Nous Paris, Alterneto, Abc Creat Web, Surf and Biz, La Vague.com, Le Net 2000, Où Acheter.net, Hit-Parade.com, L'Annuaire Normand, Hebdo Top, Riot, Annuaire Indexa, Camellia-sinensis.com, Web Directory, Micromegas, Melitta, Zenet-Café, Cigogne.net, Librairies Passion, Infinithé, Lipton (Suisse), Rubriques Service.com, Morgane.org, France Livres, Littérature Service, etc ...

Cette sélection d'articles est loin d'être exhaustive ... en effet, si ces articles peuvent vous être présentés c'est grâce à nos Amis du thé qui, gentiment, nous informent de leur parution. Mais ils restent beaucoup d'articles qui ne nous sont pas signalés ... et comme, ici à Admirable Tea, nous sommes toujours en quête pour vous trouver les meilleurs thés, cela laisse malheureusement peu de temps pour feuilleter la presse !

Nous avons dû vous présenter des extraits d'articles, et non les articles intégraux, pour des raisons de "praticité" évidentes. Et résumer un article de plusieurs colonnes ou de plusieurs pages en quelques lignes, même si ce sont les idées et informations clefs, n'est pas exercice facile. 1000 excuses aux journalistes et aux lecteurs, mais nous devons faire avec les limites propres au support " internet-tique " !

Vous avez lu ou écrit un article sur Jean Montseren ou Admirable Tea ? Vous souhaitez le faire partager ? Nous vous remercions nous le signaler en cliquant ici !

Vous êtes journaliste ? Cliquez ici !